Sélectionner une page

DIABÈTE TYPE II

Carnet de santé.org ne peut être tenu pour responsable de la mauvaise interprétation du contenu et des soins médicaux qui pourraient être dispensés sur la base de ces informations ; ils restent sous la responsabilité des professionnels de santé référents.

 

Le diabète de type 2 est une maladie chronique caractérisée par une augmentation du taux de sucre dans le sang (augmentation de la glycémie ou hyperglycémie) à cause de l’augmentation du poids (surpoids ou obésité) et à une activité physique insuffisante.

C’est une maladie chronique car elle va être présente tout au long de la vie.

Il existe plusieurs types de diabète :

  • Le diabète de type 1 dû à une production insuffisante d’insuline par le pancréas.
  • Le diabète de type 2 : dû à une mauvaise utilisation de l’insuline par l’organisme. La majorité des diabétiques dans le monde ont un diabète de type 2 et de plus en plus d’enfants en sont également atteints. 
  • Le diabète gestationnel : qui peut survenir pendant la grossesse avec de possible complications de la grossesse ou à l’accouchement. Il expose également l’enfant au développement d’un diabète de type 2.

Entre 422 (OMS en 2014) et 425 (Fédération internationale du diabète) millions de personnes dans le monde sont atteintes du diabète (elles étaient 108 millions en 1980 (OMS). En 2040 l’OMS prévoit 622 millions de diabétiques. Cette augmentation est constatée dans tous les continents (en particulier en Afrique), dans tous les sexes et à tous les âges. En 2015, le diabète a causé 1,6 million de décès et que 2,2 millions de décès supplémentaires devaient être attribués à l’hyperglycémie en 2012.Près de la moitié des décès dus à l’hyperglycémie surviennent avant l’âge de 70 ans. L’OMS prévoit qu’en 2030, le diabète sera la 7e cause de décès dans le monde.

Le diabète de type 2 peut évoluer longtemps sans donner des symptômes (1 patient diabétique de type 2 sur 5 n’a pas encore été diagnostiqué) et est souvent découvert soit au cours d’une prise de sang systématique soit par les complications de la maladie.

Mais même si on ne guérit pas du diabète, il est possible pour un diabétique de limiter l’augmentation du taux de sucre et d’éviter des complications de la maladie. C’est pourquoi il est utile :

  • De connaitre les mécanismes et les enjeux de la maladie
  • De reconnaitre ses symptômes et les précautions à prendre
  • De suivre son traitement et les conseils des professionnels de santé

Ce dossier ne se substitue pas à l’accompagnement et aux traitements personnalisés dispensés par les professionnels de santé référents.

Quelques notions sur le diabète de type 2

Ces informations ne sont pas exhaustives mais permettent d’avoir quelques éléments indispensables à la compréhension de la maladie et à ses enjeux. Elles doivent être complétées et expliquées par les professionnels de santé référents.

  1. Généralités : la maladie et ses enjeux

Dans le diabète de type 2 l’augmentation du taux de sucre dans le sang est dû à une mauvaise utilisation du sucre par l’organisme à cause du surpoids ou de l’obésité et d’une activité physique insuffisante. Il touche en majorité les adultes mais les enfants peuvent également être atteints à cause de l’augmentation de l’obésité.

Tous les continents sont touchés et on constate une importante augmentation en particulier en Afrique. La majorité des diabétiques (environ 90%) ont un diabète de type 2 (les autres type de diabète sont : les diabète de type 1 et le diabète gestationnel).

La maladie reste souvent longtemps silencieuse et est souvent diagnostiquée par les complications.

  1. Le mécanisme du diabète de type 2 : 

dans le diabète le taux de sucre dans le sang est augmenté (taux de sucre dans le sang ou glycémie supérieur :

  • à 7 mmol par litre ou 1,26 g/l ou 126 milligrammes par dl) après un jeûne de 8 heures et vérifié à 2 reprises ou :
  • à 2 grammes par litres (11,1 millimol par litre en présence de signes du diabète

Normalement le pancréas fabrique une hormone appelée insuline qui permet à l’organisme d’avoir un taux de sucre normal. Quand un patient non diabétique mange un aliment sucré l’insuline produite par le pancréas permet de faire baisser le taux de sucre dans le sang car le sucre est absorbé par les cellules de l’organisme . Chez un patient atteint de diabète de type 2 le pancréas fonctionne normalement mais l’insuline produite n’est pas utilisée par l’organisme car il y a une baisse de la sensibilité des cellules de l’organisme à l’insuline souvent sous l’effet de l’obésité ou du manque d’activité , comme le sucre dans le sang augmente le pancréas réagit en fabricant plus d’insuline et finit pas s’épuiser : la production d’insuline devient insuffisante par rapport au taux de sucre qui augmente dans le sang et ne parvient plus aux cellules : l’insuline produite est soit insuffisante soit inéfficace.

 Les signes ressentis par le patient sont liés d’une part au manque de sucre dans les cellules de l’organisme car ce sucre reste dans le sang (le sucre est le principal « carburant » de l’organisme) et d’autre part au taux élevé de sucre dans le sang. 

  1. Les causes : 
  • La principale cause est liée au mode de vie : les habitudes alimentaires qui entrainent l’obésité et la sédentarité
  • D’autres causes : prédisposition génétique (des gènes qui prédisposent au mauvais fonctionnement du pancréas) et probablement des facteurs environnementaux
  1. Les symptômes de la maladie : 

 excrétion excessive d’urine (polyurie), sensation de soif (polydipsie), faim constante, perte de poids, altération de la vision et fatigue. Ces symptômes peuvent apparaître brutalement. Ces symptômes sont les mêmes que ceux du diabète de type 1 mais sont souvent moins marqués c’est pourquoi la maladie peut être diagnostiquée plusieurs années après son apparition, une fois les complications déjà présentes.

  1. Les complications du diabète de type 2 :
  • Lié au manque de sucre dans les cellules : nausée, vomissements, douleurs abdominales, coma
  • Lié à l’augmentation permanente du taux de sucre dans le sang qui détruit les vaisseaux du cœur, des reins, des nerfs et de l’œil et peut entrainer : l’infarctus du cœur, l’AVC, l’amputation d’un membre inférieur, un retard à la cicatrisation des plaies, la perte de la vue, les problèmes neurologiques comme une anesthésie de certaines parties du corps en particulier des membres inférieurs, une insuffisance rénale, des problèmes visuels pouvant aller jusqu’à la cécité (devenir aveugle)… ; ces complications peuvent apparaitre après 10 à 20 ans de taux élevé permanent de sucre dans le sang.  
  1. Les facteurs responsables des complications : 
  • complications aigües : arrêt du traitement, écart de régime, infections….
  • Cause de complications chroniques : elles sont dues à l’augmentation prolongée du taux de sucre dans le sang en absence de traitement (non diagnostic ou arrêt du traitement). 
  1. Les traitements :

Ils sont utiles pour obtenir le contrôle de la glycémie et éviter les complications à court, moyen ou long terme

Il est indispensable de respecter les prescriptions médicales et les précautions recommandées.

  • Non médicamenteux pour tous : l’HYGIENE DE VIE : peuvent être suffisants pour contrôler la glycémie

>>la perte de poids (si besoin)

>>l’activité physique régulière

>>une alimentation équilibrée et adaptée

>> ET L’EDUCATION THERAPEUTIQUE INDIVIDUELLE OU COLLECTIVE : elle permet au patient de comprendre la maladie, de reconnaitre les symptômes, facteurs responsables de complications et d’acquérir des compétences pour l’autogestion de son traitement en fonctions de ses symptômes. L’éducation thérapeutique permet aussi de renforcer l’adhésion du patient à son traitement. Un patient éduqué se porte mieux et a moins recours aux soins qu’un patient non éduqué.

  • Les traitements médicamenteux : 

>>>Les antidiabétiques oraux : ils aident à contrôler le taux de sucre dans le sang. Ils peuvent être associés :

  • Les biguanides (dont la Metformine) : favorisent l’action de l’insuline
  • Les sulfamides hypoglycémiants et les glinides : stimulent la production d’insuline au niveau du pancréas
  • Les inhibiteurs des alpha-glucosidases : retardent l’absorption des glucides après les repas
  • Les analogues du GLP1 : ralentissent la vidange gastrique en limitant la secrétion d’insuline, mais en cas d’élévation de la glycémie ; ils limitent le risque d’hypoglycémie
  • L’insuline : en cas d’incapacité du pancréas à fournir l’insuline dans des cas de complications aigües ou quand le pancréas s’épuise au fil du temps
  1. La prévention :

Pour retarder l’apparition de la maladie et pour éviter les complications du diabète tous les diabétiques : HYGIENE DE VIE : il est conseiller de : 

  1. éviter d’être en surpoids ou en obésité 
  2. pratiquer une activité physique régulière
  3. avoir une alimentation équilibrée

Chez certains patients diabétiques ces mesures peuvent être suffisantes pour contrôler le taux de sucre dans le sang.