Sélectionner une page

L’ASTHME

Carnet de santé.org ne peut être tenu pour responsable de la mauvaise interprétation du contenu et des soins médicaux qui pourraient être dispensés sur la base de ces informations; ils restent sous la responsabilité des professionnels de santé référents.

 

L’asthme est une maladie respiratoire chronique responsable de symptômes en rapport avec une inflammation chronique et une diminution du calibre des bronches.

Ces symptômes sont : la toux, l’essoufflement, l’oppression thoracique et le sifflement dans la poitrine.

Ces signes varient en fonction des personnes et chez la même personne l’intensité des symptômes peut varier.

Les causes qui déclenchent les symptômes sont également différents en fonction des individus.

Mais même si on ne guérit pas de l’asthme, il est possible pour un asthmatique de vivre une vie normale et avec peu ou pas de symptômes. C’est pourquoi il est utile :

  • De connaitre les mécanismes et les enjeux de la maladie
  • De reconnaitre ses symptômes et facteurs déclenchants
  • De suivre son traitement et les conseils des professionnels de santé
  • D’éliminer et/ou d’éviter les facteurs de risques d’évolution péjorative de l’asthme

Car l’asthme est une maladie bénigne, universelle (235 millions de personnes dans le monde en 2017 selon OMS), en constante augmentation et potentiellement mortelle (383 000 décès dans le monde en 2016 selon OMS).

L’éducation thérapeutique permet au patient de mieux comprendre sa maladie et de développer des compétences pour gérer les symptômes et a une efficacité sur le contrôle de l’asthme et sur la diminution les hospitalisations.

Quelques notions sur l’asthme : 

Ces informations ne sont pas exhaustives mais permettent d’avoir quelques éléments indispensables à la compréhension de la maladie et à ses enjeux. Elles doivent être complétées et expliquées par les professionnels de santé référents.

  1. Généralités : la maladie et ses enjeux
  • L’asthme est une maladie respiratoire chronique due à une inflammation permanente des bronches. On reste asthmatique toute sa vie c’est pourquoi on ne peut pas parler de guérison, mais on peut être asthmatique, ne pas avoir de symptômes de l’asthme et vivre normalement sans limitation d’activité.
  • Les symptômes de l’asthme sont dû à une diminution du calibre des bronches et à une inflammation dans les bronches avec secrétions de mucus
  • L’asthme touche tous les continents, tous les âges, tous les sexes, toutes les races et toutes les couches de la société
  • L’asthme est en augmentation partout dans le monde
  • L’asthme est une maladie potentiellement mortelle
  1. Le mécanisme de l’asthme : 

Les signes de l’asthme sont dus à la fermeture des bronches et à l’inflammation dans les bronches avec secrétions de mucus. Cette inflammation permanente rend les bronches sensibles à certains facteurs propres à chaque individu. En présence de ces facteurs l’air passe difficilement à cause de la diminution du calibre des bronches due à la contraction des muscles bronchiques et la secrétions importante de mucus. Cela entraine une baisse du débit expiratoire mesuré soit par le débitmètre (qui mesure le DEP) soit par la spirométrie (qui mesure le VEMS). On devient asthmatique par l’hérédité ou non.

  1. Les symptômes de la maladie :
  • Les signes de l’asthme sont : la toux, l’oppression thoracique, essoufflement ou les sifflements dans la poitrine). Ces signes peuvent être fréquents ou non , intenses ou non. Tous ces signes peuvent être présents ou non. Ces signes ne sont pas obligatoirement liés à l’asthme car certaines maladies peuvent donner les mêmes symptômes. C’est pourquoi le diagnostic d’asthme doit être effectué par un professionnel de santé.
  • L’exacerbation (crise d’asthme) : ce sont les symptômes d’asthme ci-dessus mais plus fréquents et plus intenses : ils nécessitent une modification du traitement de l’asthme et peuvent être graves et nécessiter une hospitalisation. L’attitude à adopter figure dans le Programme d’Action Personnalisé Ecrit remis par les professionnels de santé référents.

Quand une crise est grave elle peut également entrainer le décès, c’est pourquoi il faut reconnaitre les signes de gravité d’une crise.

  • La crise d’asthme est grave en présence d’un ou de plusieurs de ces signes : respiration rapide et difficile, difficultés à parler ou à marcher, rythme cardiaque rapide, les lèvres et/ou ongles bleus ou grisâtres, la poitrine ou les côtes qui s’enfoncent à chaque respiration, les narines qui se dilatent, une grande fatigue, des sueurs, des vertiges ou de la confusion.

Dans ce cas il faut contacter les secours et suivre les indications figurant dans votre Programme d’Action Personnalisé Ecrit remis par les professionnels de santé référents.

  • Le contrôle de l’asthme : est nécessaire pour avoir une bonne qualité de vie et pour éviter les complications (exacerbations, dégradation de la fonction respiratoire..). 

On dit qu’un asthme est contrôlé quand les symptômes de l’asthme sont peu fréquents, qu’ils ne limitent pas les activités et qu’on consomme très peu de traitement de secours. Pour obtenir un contrôle de l’asthme il faut suivre les conseils et traitements des professionnels de santé et bien respecter la fréquence du suivi médical. Les professionnels de santé :

>> vous apprendrons à reconnaitre « vos » symptômes 

>> vous donnerons des conseils personnalisés sur ce qu’il faut faire en cas de survenue des symptômes 

>> vous apprendrons à repérer et à éviter les facteurs déclenchants les symptômes 

>> vous apprendrons à éviter ou à supprimer les facteurs ou situations à risques

Le contrôle est évalué sur une période continue d’au moins 4 semaines.

  1. Les complications de l’asthme : 

Un asthme non contrôlé peu conduire à une aggravation des symptômes qui peut conduire à une hospitalisation ou même à un décès.

L’asthme peut également évoluer vers une insuffisance respiratoire chronique.

  1. Les facteurs déclenchants : 

Ce sont les responsables du déclenchement ou de la persistance des symptômes de l’asthme : les allergènes, les infections des voies respiratoires, la fumée du tabac ou de cannabis, la pollution, certaines odeurs, l’exercice physique, le stress, certains médicaments, facteurs météorologiques…….

Ils sont différents d’un individu à l’autre et sont à éviter.

Les professionnels de santé vous apprendront à les identifier.

  1. Les facteurs de risques d’exacerbation :

Ces facteurs de risques sont à éviter ou à éliminer car ils risquent d’empêcher le contrôle de l’asthme et d’aggraver l’asthme : asthme non contrôlé, traitement de fond inapproprié (non prescrit ou mauvaise observance ou mauvaise technique d’inhalation, consommation excessive de bronchodilatateurs, obésité, rhino-sinusite, allergie alimentaire, exposition au tabac ou aux allergènes….

  1. Les traitements :

Ils sont utiles pour obtenir le contrôle de la maladie et éviter les complications.

Il est indispensable de respecter la durée du traitement et la technique de prise des produits inhalés.

  • Les traitements médicamenteux : 

>>>Le traitement de fond : il est prescrit en fonction du degré de sévérité de la maladie (stade de la maladie). Il existe 5 niveaux de sévérité (5 stades ou paliers) de l’asthme et à chaque stade correspond un traitement de fond. Il existe plusieurs médicaments possibles à utiliser pour le traitement de fond mais le médicament de référence est le corticoïde pris en inhalation auquel en fonction du stade peuvent s’associer d’autres médicaments.

La sévérité de la maladie est déterminée par les professionnels de santé au bout de 6 à 12 mois de suivi en fonction de l’évolution de l’asthme. Ce traitement est prescrit pour plusieurs mois, doit être pris conformément à la prescription et ne doit pas être interrompu sans avis des professionnels de santé. Ils vous informeront des effets secondaires potentiels de chaque traitement prescrit.

>>>Le traitement de secours : c’est le traitement à prendre en cas de symptôme(s) de l’asthme. Les professionnels de santé précisent pour chaque asthmatique la conduite à tenir en fonction de la fréquence et de la gravité des symptômes. L’attitude à avoir en cas de symptômes figure dans le Programme d’Action Personnalisé Ecrit remis à chaque asthmatique par les professionnels de santé.

>>>Le traitement ponctuel : il s’agit de tous médicaments prescrits pour une durée limitée dans le temps (antibiotiques, corticoïdes par voie orale…).

  • Non médicamenteux : 

>>éviter les facteurs déclenchant et d’aggravation : qui sont propres à chacun et sont à repérer avec l’aide des professionnels de santé

>> kinésithérapie respiratoire (en cas d’encombrement important et pour l’apprentissage du contrôle ventilatoire en cas de symptômes)

>> la vaccination (pour certains asthme dont le facteur déclenchant est l’infection virale)

>> l’immunothérapie spécifique (ou désensibilisation) si allergie avérée

>> ET L’EDUCATION THERAPEUTIQUE INDIVIDUELLE OU COLLECTIVE (dans les écoles de l’asthme) : elle permet au patient de comprendre la maladie, de reconnaitre ses propres symptômes , facteurs déclenchants et de risques et lui permet d’acquérir des compétences pour l’autogestion de son traitement n fonctions de ses symptômes. L’éducation thérapeutique permet aussi de renforcer l’adhésion du patient à son traitement. Un patient éduqué se porte mieux et a moins recours au soins qu’un patient non éduqué

  1. Sport et Asthme :

L’asthme ne contre-indique pas la pratique du sport. Certains sportifs célèbres sont asthmatiques et mènent une carrière sans encombre.

Quelques précautions : reconnaitre les symptômes et gérer en fonction de la prescription des médecins.

Pas de sport si l’asthme n’est pas contrôlé.

Si les symptômes sont déclenchés par certains efforts (asthme d’effort) il vous sera prescrit un traitement avant l’effort.

Cas particuliers des sports extrêmes :

  • parachutisme, saut à l’élastique : pas de contre-indications systématique ; quelques précautions : se référer au Programme Personnalisé d’Action Ecrit remis par votre médecin
  • plongée sous-marine : la réglementation varie en fonction des pays , se renseigner auprès de votre médecin.